Cet article appartient au dossier : Infrastructures en Afrique, Combler le gap de financement.

Société Générale : « Nous avons réfléchi sur les freins à lever pour faire aboutir les projets d’infrastructure »

Présente depuis plus de 100 ans en Afrique, Société Générale y dispose d’équipes dédiées au financement structuré des infrastructures qui travaillent de concert avec ses équipes de financement export. La banque intervient sur une large palette de conseil et de financement des infrastructures en Afrique, et y étoffe ses partenariats.

CHU

L'auteur

  • Yann de Nanteuil
    • Directeur délégué région Afrique
      Société Générale
  • Philippe Le Roch
    • Responsable des financements structurés exports pour l'Afrique
      Société Générale

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°848

Infrastructures en Afrique - Combler le gap de financement

Quelle est la présence de Société Générale en Afrique, avec quels moyens ?Yann de Nanteuil (Y. N.) : Société Générale est présente dans 19 pays en Afrique. Nous avons 17 implantations via des banques à réseau, avec 13 000 salariés. Dans certaines d’entre elles, nous avons créé des équipes dédiées aux financements structurés et notamment d’infrastructures. Il s’agit de nos implantations en Algérie, au Maroc, et en Côte d’Ivoire dont l’équipe couvre toute l’Afrique subsaharienne avec plusieurs antennes. Leurs niveaux d’intervention sont sur des dossiers un peu inférieurs en montant à ceux ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Combler le gap de financement

Sur le même sujet