Cet article appartient au dossier : Private equity : l'ère de la maturité.

Panaroma postcrise

Private equity : une crise aux conséquences durables

La crise de 2007-2009 a généré des évolutions structurelles dans le monde du private equity, dont les conséquences vont être visibles au cours des prochaines années dans de nombreux compartiments du marché. Un retour à l’âge d’or du début des années 2000 semble impossible et l’industrie doit se préparer aux nouvelles conditions du marché.

Volume de dividend loans

L'auteur

  • Cyril Demaria
    • Professeur
      Haute Ecole d’Ingéniérie et de Gestion du Canton de Vaux (HEIG-VD)

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°289

Private equity : l'ère de la maturité

Un exemple illustre le relatif état de déni dans lequel le private equity continue son activité depuis la crise financière : l’avènement des dividend recaps en 2010. Le principe des dividends recaps est simple : un gérant de fonds fait une acquisition par effet de levier sur une société en bonne santé. Théoriquement, cette société doit être cédée au bout de quelques années, ce qui fut interdit de fait par la crise. L’effet de levier diminue diminuant avec le temps (remboursement de la dette d’acquisition), il restait l’option de réendetter la holding d’acquis et distribuer des « profits ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Private equity : l'ère de la maturité

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet