Cet article appartient au dossier : Face aux marchés, les Etats sont-ils encore souverains ?.

Crise de la dette souveraine européenne

Pourquoi la solution ne saurait passer par Pékin...

La Chine a de nombreuses raisons de ne pas investir en Europe : d’ordre intérieur, avec la nécessité de financer sa croissance et son pouvoir d’achat domestiques, et d’ordre international, en considérant le modèle européen comme déjà dépassé… Shanghaï ne devrait-elle pas devenir à terme la principale place financière mondiale ?

Dette souveraine européenne : pourquoi la solution ne saurait passer par Pékin

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°749bis

Face aux marchés, les États sont-ils encore souverains ?

Le monde à l’envers dans lequel s’oriente ce début de XXIe siècle s’illustre avec éclat en matière de dettes souveraines : contrairement aux expériences passées, ce sont désormais les pays dits « émergents » qui semblent devoir être appelés au chevet des pays dits « développés ». Le dernier G20 de Cannes en novembre 2011, où l’on assista à la demande officieuse par l’Europe d’un apport financier de la Chine au plan de sauvetage de la monnaie européenne, dont l’existence même était alors remise en question par les marchés, en a été le plus récent exemple.Avec quelques mois de recul, la fin ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Face aux marchés, les Etats sont-ils encore souverains ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet