Panorama des principales opérations dans le monde

Revue de l'article

  • Morgan Stanley cède ses activités de négoce pétrolier au trader en matières premières Castleton Commodities International pour plus d’un milliard de dollars. Cela faisait plus de trois ans que la banque américaine cherchait un repreneur. Une première tentative auprès du fonds souverain du Qatar avait échoué en 2012, avant que la crise ukrainienne ne conduise le  russe Rosneft a jeté l’éponge en 2013. Au cours des cinq dernières années, cette filiale a négocié environ 2 millions de barils de pétrole et de produits pétroliers par jour. Avec cette opération, Morgan Stanley poursuit sa stratégie de retrait des matières premières physiques sur fond de rendements plus faibles et de pression réglementaire accrue. À l’instar des autres grandes banques d’investissement américaines (Goldman Sachs, JP Morgan), la banque new-yorkaise fait face à la pression croissante des régulateurs américains qui accusent les banques actives dans le domaine du négoce physique des matières premières de manipuler les prix.
  • La Banque Postale a annoncé la signature d’un accord avec Siparex pour le rachat de 70 % du capital de sa structure de capital-risque XAnge Private Equity. Cette dernière ne quitte pas pour autant le giron de la galaxie postale, puisque le groupe La Poste prend une participation de 20 %. De plus, ses principaux cadres en conservent 10 %. Créée en 2004, XAnge Private Equity gère 315 millions d’euros d’encours, dont les deux tiers sont liés à l’innovation, en particulier dans le domaine du numérique. Pilier du capital-investissement français, Siparex gère 1,2 milliard d’euros, dont l’essentiel dans le capital-développement/transmission et environ 200 millions dans le capital-risque. Cette opération lui permettra de conforter sa position d’acteur de premier plan au niveau français et européen (Allemagne, Espagne, Italie) avec plus de 1,5 milliard d’euros d’actifs sous gestion.
  • Natixis a finalisé l’acquisition de l’activité française de conseil en fusions-acquisitions de l’italien Banca Leonardo.  Baptisée « Natixis Partners », la nouvelle filiale du groupe bancaire français sera dédiée au conseil en fusions-acquisitions à destination des fonds d’investissement pour leurs transactions sur le segment des valeurs moyennes. Dirigée par Patrick Maurel, Natixis Partners sera constituée de plus de 25 banquiers d’affaires. Natixis a préféré filialiser Leonardo & Co plutôt que d’intégrer directement ses équipes au sein de sa propre banque de financement et d’investissement (BFI). Pour Natixis, il s’agit d’une étape importante dans le déploiement de son plan stratégique 2014-2017. Cela va lui permettre de renforcer son statut de banque de référence des midcaps en France, tant dans les activités de financement que de conseil en fusions-acquisitions. Cette opération doit aussi permettre à la banque française de se placer durablement dans le top 5 des banquiers-conseils en M&A dans l’Hexagone.
  • Achevé de rédiger le 23 juin 2015.