Du LTRO au QE

Le modèle de financement européen conditionne l’efficacité de la politique monétaire

Pourquoi la BCE ne s’est-elle que tardivement convertie au quantitative easing ? Pourquoi le canal de transmission des banques s’est révélé moins fluide qu’attendu en zone euro ? L’union des marchés de capitaux est-elle la bonne solution pour répondre aux défaillances du canal bancaire ? Ces questions ont à voir avec la structure du financement des économies de la zone euro, qui conditionne fortement tant les modalités que l’efficacité de la politique monétaire.

Euro

L'auteur

  • Couppey-Soubeyran
    • Maîtresse de conférences
      Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    • Directrice du Master 2 pro « Contrôle des risques bancaires et conformité » (formation en alternance en partenariat avec le CFPB)

Revue de l'article

Le 24 octobre 2019, le Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne (BCE), le dernier présidé par Mario Draghi, a confirmé les décisions prises le 12 septembre pour assoupir davantage la politique monétaire, étant donné le ralentissement de la croissance en zone euro et un taux d’inflation toujours en dessous de la cible de 2 %.Le taux des facilités de dépôts avait alors été abaissé de 10 points de base, passant à -0,50 %, le but étant de dynamiser les échanges interbancaires. Le taux principal de refinancement, celui auquel les banques se procurent des liquidités auprès de la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet