Cet article appartient au dossier : Infrastructures en Afrique, Combler le gap de financement.

Financement

Mobiliser les marchés locaux pour les infrastructures

Les premiers financeurs des infrastructures en Afrique sont les gouvernements africains suivis de la Chine, et la participation du secteur privé reste faible. Le développement des marchés obligataires locaux assortis d’un cadre réglementaire incitatif permettrait de répondre en partie aux importants besoins de financement, alors que les capitaux longs disponibles sont considérables sur le continent.

Les actifs des projets d'infrastructure ne sont pas facilement transférables

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°848

Infrastructures en Afrique - Combler le gap de financement

Il est prouvé qu’une économie en croissance a besoin d'infrastructures pour soutenir son expansion. L’indice de développement des infrastructures en Afrique [1], construit par la Banque Africaine de Développement (BAD), permet de suivre l’évolution de l’amélioration des infrastructures sur une décennie (voir Tableau 1). Il donne un score élevé au pays en fonction du niveau de développement des infrastructures. On note que 8 pays seulement ont des scores supérieurs à 50 sur 100, ce qui traduit que le niveau des infrastructures dans la majorité des pays reste très faible.Or la population ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Combler le gap de financement

Sur le même sujet