Cet article appartient au dossier : LCB-FT l'Europe s'active.

La lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme mérite son mécanisme de supervision unique dédié

Au moment de la rédaction de cet article, le Rapport d’Évaluation Mutuelle de la France du GAFI n’avait pas encore été publié. Le 17 mai, il a mis en exergue une robustesse, une efficacité et une pertinence du cadre français qui répondent aux attentes « 40 recommandations techniques » qui constituent l’alpha et l’oméga de l’appréciation d’un pays en matière de LCB-FT.

Soupçons : la « culture déclarative » diffère très sensiblement d’un pays à l’autre

L'auteur

  • eric percheron
    • Directeur du Pôle Juridique, Réglementaire et Conformité
      Office de Coordination Bancaire et Financière

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°869

LCB-FT l’Europe s’active

Pour mémoire, rappelons que le Gafi, initié lors du « Sommet de l’Arche » du G7 en 1989 [1], avait pour objectif premier la lutte contre le trafic de stupéfiants, et c’est à ce titre que son mandat avait été ainsi élaboré : « Nous demandons à tous les pays, en particulier ceux où la production, le commerce et la consommation de stupéfiants sont importants de se joindre à nos efforts et (…) de poursuivre la lutte contre (…) le blanchiment des gains qu’il procure ». Son mandat a été élargi par la suite, au gré des évolutions et des pratiques de marché, et prospère autour de ces 40 ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

LCB-FT l'Europe s'active