Côté émetteur

La liquidité : un prérequis pour attirer de nouveaux investisseurs

La crise pourrait avoir du bon :elle va permettre de trier le bon grain de l’ivraie sur le marché de la titrisation. C’est en tous cas le vœu de Marc Nocart, qui chapeaute les émissions de produits titrisés pour la Société Générale.

L'auteur

  • Marc Nocart
    • Co-responsable monde de la titrisation
      Société Générale CIB

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°724

Titriser plus pour financer plus, à quelles conditions ?

Comment votre activité de titrisation a-t-elle traversé la crise ?Mon département s’occupe d’opérations de titrisations que je qualifierais de commerciales, en Europe et aux États-Unis. Nous proposons à nos clients du financement sécurisé par des actifs et nous mettons à leur disposition nos conduits. Il s’agit donc d’outils de financement de l’économie réelle et pas de CDO, CLO, CDO2 ni de retitrisation en général. Nous sommes donc plutôt une optique d’analyse crédit. Cela nous a permis de bien traverser la crise puisque jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons pas recensé de pertes sur les ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Titriser plus pour financer plus : à quelles conditions ?

Sur le même sujet