Investissement stratégique

Les fonds souverains : acteurs ou proies géopolitiques ?

La mission de nombreux fonds souverains ne se limite pas à assurer la richesse nationale future du pays ; d’autres objectifs, d’ordre géopolitique, peuvent aussi être à l’œuvre. Ce qui conduit Philippe Moreau Defarges à s’interroger sur la marge de manœuvre des fonds souverains vis-à-vis de leur État d’origine. Par ailleurs, ce lien peut-il perdurer, dans un contexte de mondialisation où économie et réglementation se jouent des frontières ?

Investissement stratégique

L'auteur

  • Philippe Moreau Defarges
    • Chercheur
      IFRI
    • co-Directeur du rapport RAMSES
    • Professeur
      l'Université de Paris-II Panthéon-Assas, Institut d'études politiques de Paris

Revue de l'article

Tout nouveau mécanisme financier est ressenti et présenté comme une poule aux œufs d’or, promettant un flot ininterrompu de richesses. L’outil-miracle est censé offrir des recettes imparables, des algorithmes garantissant des rendements vertigineux… Mais la réalité reste têtue et elle ignore les miracles. Chassez l’incertitude, elle revient au galop, surgissant là où l’on ne l’attend pas.Les fonds souverains, énième poule aux œufs d’orLes fonds souverains – tout comme les fonds de pension (v. Encadré 1) – promettent aux sociétés vieillissantes ce qu’elles souhaitent anxieusement : une ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Quelle stratégie des Etats sur les marchés financiers ?

Sur le même sujet