Gestion d’actifs

« Les fonds ISR doivent se donner un objectif d’impact »

Dans les débats en cours sur la définition de l’Investissement socialement responsable (ISR), Philippe Zaouati milite pour la prise en compte d’un critère d’impact de ces fonds en matière de développement durable, un moyen d’obtenir des incitations des pouvoirs publics et de mobiliser le grand public. Il revient en outre sur les ambitions de Natixis AM en matière d'ISR.

L'auteur

  • Philippe Zaouati, Mirova
    • Directeur général délégué et responsable de Mirova, pôle d’expertise en investissement responsable
      Natixis Asset Management
    • Président de la Commission ISR
      Association française de gestion (AFG)
    • Responsable du groupe de travail sur l'investissement responsable
      EFAMA

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°760

Banques émergentes : vers un nouveau pouvoir au Sud

Il y a actuellement de nombreuses réflexions et tentatives de définition de l’ISR. Quelle est votre position sur le sujet ? Effectivement, de nombreuses réflexions sont en cours sur ce thème. Nous avons entamé des travaux à ce sujet au sein de l’AFG, mais définir est toujours quelque chose de difficile. En ce qui me concerne, je pense qu'il faudrait :tout d’abord, définir l’ISR à partir de ses objectifs plutôt qu’en fonction des moyens utilisés, en d’autres termes, ne pas dire seulement ce qu’on fait, mais pourquoi on le fait ;ensuite, parler avec des mots compréhensibles du grand public ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet