Crise sanitaire et économique

Les crispations sur les dividendes

La crise ravive les tensions autour des dividendes. L’actionnaire est-il fondé à défendre le maintien des dividendes en dépit de l’actualité, ou au contraire devrait-il militer pour la réduction ou l’annulation des dividendes ? Une question à laquelle il existe une multitude de réponses, liées à la vie des entreprises et aux enjeux de l’actionnaire. D’où l’importance de laisser les acteurs se prononcer, en limitant les pressions politiques mauvaises conseillères.

Dividendes

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°845bis

Quel rôle pour les actionnaires ?

Au début de la crise du Covid-19, Bruno Le Maire, notre ministre de l’Économie, a fait de la non-distribution des dividendes un cheval de bataille. C’est devenu une condition nécessaire au soutien financier des pouvoirs publics, qu’il s’agisse de report de cotisations sociales, d’échéances fiscales ou de prêt garanti à 90 % par l’État. Le ministre a, en complément, invité les entreprises ayant recours au chômage partiel « à faire preuve de la plus grande modération ».Des effets de bord regrettablesS’il est compréhensible en première lecture de ne pas accorder de délai de paiement aux ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet