Cet article appartient au dossier : Dossier prospectif 2020.

Economie

Les banques centrales ne sont pas les seules à faire baisser les taux

Les taux évoluent en fonction des politiques monétaires mais aussi de la démographie. En 2020, ils resteront bas, selon le consensus. Encore faut-il déterminer à quel niveau exactement et pour combien de temps.

Economie

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°839

Numéro double 839-840 : Prospective 2020 - Rétrospective 2019

2020 sera-t-elle l'année de la remontée des taux d'intérêt, celle où il ne se passera rien ou celle d'une nouvelle baisse généralisée du loyer de l'argent ? Après tant de revers répétés, économistes, banquiers centraux ou institutions internationales peinent à envisager de quoi demain sera fait. 2019 devait être l’année du début de la normalisation de l’inflation, des politiques monétaires et des taux d’intérêt, au cours de laquelle même la BCE avait, un temps, envisagé de procéder à un premier relèvement de ses taux directeurs ; elle aura finalement été celle du record des taux d’intérêt ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Dossier prospectif 2020

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet