Jacques de Larosière : "On parle d’union bancaire européenne, mais elle n’existe pas"

Selon l’ancien patron du FMI, tant que les États de l’Union européenne se méfieront les uns des autres, la souveraineté financière y restera un vœu pieux. Pour rétablir la confiance, et sortir de la crise, la France doit relâcher la pression sur ses entreprises.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°860

Covid-19 : accélérateur de tendances

La souveraineté nationale, telle qu’on l’entend généralement, repose sur deux piliers : la défense et la finance. Ni la défense, ni la finance ne sont gérées à l’échelon européen, on est donc loin de la souveraineté – même si quelques approches en ce sens sont intéressantes. Pour accéder à la souveraineté financière, il faut en premier lieu une unification des règles juridiques et des politiques économiques. Aux États-Unis, les régions sont très diverses, mais partagent une constitution, un système économique et une monnaie uniques. Ce n’est pas le cas en Europe, qui, pour ce qui est de la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)