Financement à impact positif : la nécessaire mobilisation du secteur financier

Face aux dizaines de trillions d’euros d’investissement requis par les futurs Objectifs de développement durable de l’ONU, l’industrie financière, publique comme privée, doit se doter d’outils adaptés. La méthodologie des financements à impact positif, qui prennent aussi en compte les impacts négatifs, propose un langage commun.

L'auteur

  • Denis Childs, Société Générale CIB
    • Responsable des Financements à Impact Positif et du conseil E&S au sein du département Activités de Financements
      Société Générale Corporate & Investment Banking

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°782

Entreprises sociales : vers un nouveau marché pour les banques

Le financement à impact positif propose une approche plus globale (mais non contradictoire) vis-à-vis de concepts mieux connus comme le commerce équitable, l’Investissement socialement responsable (ISR), l’Impact Investing, l’Économie sociale et solidaire ou encore les obligations vertes. Il vise à apporter la « finance additionnelle » privée requise par les Objectifs de développement durable de l’ONU et à offrir une lisibilité accrue pour les investisseurs.Une nécessaire prise en compte des impacts négatifsLe financement à impact positif consiste à définir une méthodologie partagée qui ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Entreprises sociales : vers un nouveau marché pour les banques

Sur le même sujet