Métier et compétences

Le financement des matières premières : un savoir-faire français

Le métier de banquier du négoce de matières premières a été développé principalement par les banques françaises. Il est aujourd’hui plus complexe compte tenu des contraintes réglementaires et de responsabilité sociétale des entreprises.

illustration

L'auteur

  • Philippe Chalmin
    • Professeur et Directeur du master Affaires internationales
      Université Paris Dauphine
    • Président fondateur
      Cyclope

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°815

Numéro double 815-816 : Prospective 2018 - Rétrospective 2017

Longtemps, le négoce international de matières premières a été une activité relativement confidentielle dont le financement des opérations par le biais, pour l’essentiel, de crédits documentaires, était le fait de quelques banques spécialisées. Avec le choc des années soixante-dix, on a assisté à l’émergence de quelques entreprises majeures, notamment dans le domaine agricole et dans celui des métaux, ce dernier secteur s’ouvrant aussi à des activités nouvelles avec le trading du pétrole, à l’image du plus important négociant mondial de l’époque : Phibro.Le monde du négoceLe financement du ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Financement des matières premières : des problématiques multiples

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet