Cet article appartient au dossier : Le capital-investissement en manque d’oxygène .

Levée de fonds dans le monde

La fin de l'abondance va assainir le « private equity »

À l'heure où le fund rising récolte des sommes plus maigres, l'argent se dirige vers les meilleurs fonds. Les investisseurs qui ne désertent pas le capital-investissement pourraient bien réaliser de très bonnes affaires.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°309

Le capital-investissement en manque d’oxygène

Le private equity, et plus particulièrement le monde du LBO, entre dans une crise sans précédent dont l'une des manifestations est la difficulté à lever de l'argent. En 2012, le montant global levé par les fonds de private equity serait de l'ordre de 265 milliards de dollars, soit moins de la moitié des montants levés annuellement avant la crise. Face à l'adversité, le marché doit se réinventer.Reste que le private equity, bien choisi (et c'est là toute la difficulté), constitue l'une des seules classes d'actifs pouvant générer des retours sur investissement élevé avec un niveau de risque ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Le capital-investissement en manque d’oxygène

Sur le même sujet