Capital

L’État actionnaire : d’hier à demain pour le pire et/ou le meilleur ?

Au moment d’une crise sanitaire et économique sans précédent qui a nécessité des interventions massives des États pour soutenir les économies, Bernard Zahra analyse le rôle de l’État actionnaire au travers de trois parties : la construction historique de l’État actionnaire, les transformations significatives de l’État actionnaire depuis 2017, et enfin le rôle de l’État actionnaire après 2020.

L'auteur

  • Bernard Zahra
    • Directeur du pôle gouvernance et affaires publiques du cabinet Gouvernance et Valeurs présidé par Bernard Attali

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°392

Enjeux post-Covid-19 : Entre instabilité financière et relance verte

« Les mots n’ont pas de sens, ils n’ont que des valeurs » constatait le linguiste Ferdinand de Saussure. État actionnaire ? L’association de ces deux mots confirme le constat du linguiste tant les « biais cognitifs » [1] hérités du passé sont nombreux à ce sujet. Penser de façon honnête et factuelle, sans prétention d’objectivité, le rôle de l’État actionnaire d’hier à demain – dans le contexte de son retour en 2020 lors d’une crise sanitaire, financière et économique sans précédent – exige donc à la fois le retour à quelques fondamentaux du droit privé et public et beaucoup d’ouverture ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet