Cet article appartient au dossier : DOSSIER, ESCP Applied Research Papers 15.

ESCP Applied Research Papers 15

Éditorial de Philippe Thomas

Ce sommaire aussi riche que diversifié nous plonge dans les thématiques d'actualité que les élèves d’ESCP en Finance ont fait le choix de traiter dans le travail de recherche qui vient clore leurs études.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°397

ESCP APPLIED RESEARCH PAPERS 15

L’année 2020, si durement marquée par la crise sanitaire et économique qui s’ensuit, sera venue, terriblement, nous rappeler l’existence d’une dimension sanitaire dans le risque financier systématique. Mais en ce mois de décembre, un optimisme raisonnable est de mise : le calendrier vaccinal ouvrira la voie à une reprise économique et financière vigoureuse, déjà largement anticipée par les marchés financiers. Notre numéro d’hiver des ESCP research papers s’inscrit volontairement dans cette vision positive et se consacre largement à l’investissement : au buy side.

Cependant, comme par transition, l’article de Chloé Roy, dresse un bilan particulièrement intéressant de l’impact de la crise actuelle sur les opérations de M&A, non cotées, en soulignant un effet marqué sur les conditions et la structuration des deals, traduisant une modification forte de l’aversion au risque et de la fonction d’utilité des acheteurs.

Trois articles sont consacrés au thème du capital-investissement. Louis Casteleyn s’intéresse au corporate venture capital qui connaît un fort développement et qui constitue aussi un des outils des groupes pour préparer la reprise. Il examine comment la stratégie retenue influence la structuration et l’organisation de cette activité. Antoine Mérat investigue la question de la décote sur le marché secondaire en private equity, sujet de grande importance, surtout dans le contexte actuel, aussi bien pour les fonds que pour les investisseurs. Cette décote importante semble pouvoir s’expliquer rationnellement. Lucas Blanc examine une pratique en fort développement, que la crise va probablement fortement accentuer : la question de la durée de vie des fonds et l’émergence de fonds long terme sur le segment du buy out. Considérée quasiment comme « contre nature », elle se pare désormais d’une série d’avantages décisifs.

Aux racines mêmes de notre revue : la banque

Les experts prévoient que l’un des composantes de la reprise sera l’adossement croissant des entreprises aux marchés financiers, et d’abord au marché de l’equity. Trois articles se situent dans ce champ d’étude. À travers le monde, plusieurs pays permettent l’émission de C Shares, actions cotées mais dépourvues de droit de vote. Outre des discussions juridiques et réglementaires, le principal débat sous-jacent à ces titres est celui de leur impact sur la valeur actionnariale, thème examiné dans l’article de Jérémy Mercier. Nicolas Noyard examine l’important sujet, illustré par l’actualité récente, de la réduction des dividendes des sociétés pour des motifs liés au financement de leur croissance et de leur impact sur les actionnaires. Antoon Van Clemen nous propose une étude d’ampleur sur les motivations et raisons effectives pouvant expliquer la décision de s’introduire en Bourse, pour les sociétés européennes.

Enfin, ce numéro propose un article original, nous renvoyant aux racines mêmes de notre revue : la banque. Ses auteurs s’intéressent à la relation entre la banque et ses clients, dans un contexte en profonde mutation, essentiellement digitale, et investiguent une question centrale relative à l’effet d’un avantage de réputation de la banque auprès de ses clients. Thème particulièrement cher à nos lecteurs banquiers !

Ce sommaire, aussi riche que diversifié, nous plonge dans des thématiques appliquées, professionnelles, que les élèves d’ESCP en Finance ont fait le choix de traiter dans leur travail de recherche qui vient clore leurs études.

 

Sommaire du dossier

ESCP Applied Research Papers 15

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet