Dette, monnaie ou taxe : comment financer l’après-crise ?

Les dépenses extraordinaires consenties par les États pour faire face à la crise sanitaire et à la contraction de l’économie peuvent être financées de différentes manières : émissions sur les marchés financiers, création monétaire ou taxation. Pour les auteurs, c’est la troisième solution qui est de loin la meilleure, sous la forme d’une micro-taxe sur les paiements scripturaux. Ils expliquent pourquoi.

L'auteur

  • Ivar Ekeland
    • Professeur émérite
      Université Paris Dauphine-PSL
  • JC Rochet
    • Head of research
      Swiss finance institute
    • Professeur
      Université de Genève

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°UEAM2020
C’est un lieu commun que de constater que la Covid-19 met une pression sans précédent sur les finances publiques. Les pays du G20 ont déployé plus de 8 000 milliards de dollars, soit 12 % de leur PIB, pour contenir les effets de la pandémie. Malgré cela, l’économie mondiale est entrée en récession, la Covid-19 est toujours là, et des mesures qui paraissaient provisoires risquent fort de devenir définitives, ainsi que les dépenses associées. Les gouvernements sont tous confrontés au même problème : comment financer des dépenses publiques nouvelles dans une économie qui se contracte ?Dans ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet