Dérivés OTC et CVA : nouvelles mesures et prochains enjeux pour une gestion dynamique du risque de contrepartie

La réforme Bâle III impose l’adoption d’une nouvelle charge en capital pour risque d’ajustement de la valeur de crédit (CVA) du portefeuille de ​dérivés de gré à gré. Les banques mettent en place des méthodes de calcul de cette charge en fonds propres, mais cherchent aussi à la ​limiter grâce à une gestion active de la CVA. Certains établissements ​ont créé à cet effet des pôles de trading internes.

Stratégie de couverture

L'auteur

Revue de l'article

À l’échelle internationale, la conséquence directe au sortir d’une crise systémique est la publication de nouvelles règles par les autorités de régulation qui empêcheront certainement l’avènement futur d’une crise d’un même type que celle de 2008, mais qui garantiront plus difficilement une protection définitive et absolue du système. Les textes de Bâle III ont été publiés le 16 décembre 2010. Le régulateur impose aux banques de respecter dès janvier 2013 un ratio de liquidité pour les banques internationales dans un premier temps, une redéfinition des fonds propres durs dits Tier 1, une ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet