Le défi de la transparence extra-financière

La réalisation des objectifs de l’Union européenne en matière de développement durable a conféré aux banques un rôle clé, celui de contribuer à la croissance durable en réorientant des flux de capitaux privés vers des investissements intégrant les facteurs ESG. Mais la tâche n’est pas si simple.

Le défi de la transparence extra-financière

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°870

Anticorruption : La lutte continue

Environnement, sociétal, gouvernance : se doter de données ESG de qualité devient incontournable pour l’industrie bancaire, afin de permettre aux investisseurs d’apprécier sa contribution à la réalisation des objectifs en matière de développement durable. L’édition 2022 de l’étude KPMG « Défi pour la transparence » qui compare la communication extra-financière de 17 banques européennes [1], confirme qu’au 31 décembre 2021, le défi reste considérable. Si la notation extra-financière des banques européennes s’améliore, le cadre de notation encore en cours de construction et de fiabilisation ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet