Défaite judiciaire argentine : quelles leçons pour les restructurations de dettes souveraines en zone euro et ailleurs ?

En refusant de revoir les décisions du tribunal de New York et de la cour d’appel, qui imposent à l’Argentine de rembourser ses créanciers qui ont refusé de participer à la restructuration de sa dette, la Cour suprême des États-Unis crée une jurisprudence qui risque de rendre très difficile, dans l’avenir, toute restructuration de dettes souveraines. Y compris en Europe…

palais de justice argentine

L'auteur

  • Dor
    • Directeur des études économiques
      IESEG School of Management

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°774

Les assureurs à la manœuvre pour financer l'économie

En décembre 2001, l’Argentine s’est déclarée en défaut sur ses dettes souveraines. L’État argentin constatait qu’il était dans l’impossibilité de payer les intérêts et remboursements dus sur les obligations qu’il avait émises. Une grande partie de ces obligations avait été émise en monnaies étrangères, généralement en dollars ou en euros, et sous 8 juridictions différentes, dont celle de l’État de New York.L’État argentin avait émis des obligations achetées par des investisseurs privés pour une valeur nominale et intérêts courus de 81,8 milliards de dollars : il était en outre endetté ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet