Comment préserver les investissements dans les pays en développement ?

Que se passera-t-il après 2012 ? Si l’avenir du marché européen du carbone semble assurée, en revanche, les pays en développement craignent une pénurie d’investisseurs pour leurs projets de réduction d’émissions. Les institutions multilatérales de financement, et au premier chef la Banque mondiale, multiplient les initiatives pour maintenir la confiance.

L'auteur

  • Joëlle Chassard
    • Manager, Carbon Finance Unit, Environment Department
      Banque Mondiale

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°727

Finance Carbone : 2012 et après ?

Quelles sont les perspectives du CDM après l’échec de Copenhague ?Je ne suis pas très à l’aise avec le terme « échec », qui est extrêmement utilisé par les média pour décrire cette conférence. Cela continue à perpétuer l’idée que la conférence de Copenhague devait produire un accord miracle. Or, les professionnels ne s’y attendaient pas du tout.Bien que critiquable, et mal rédigé, l’accord de Copenhague [1],a donné une impulsion politique sur certains sujets, en particulier sur le REDD-plus (encadré 1).Il a obligé certains pays, industrialisés et en développement, à mettre en avant et à ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet