Les financements alternatifs

Le capital-investissement peut-il continuer à assumer une part des financements ?

Le capital-investissement, principal apporteur de fonds propres aux PME, souffre à la fois d’une baisse de collectes des fonds et d’un environnement réglementaire et fiscal défavorable. Le président de l’AFIC monte au créneau et met sur la table trois propositions pour préserver, voire accroître, le rôle de cette industrie dans le financement des PME.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°754bis

Financement de l'économie : une nouvelle donne pour la croissance

Il est pour le moins paradoxal de considérer le capital-investissement comme un financement alternatif, quand il correspond en réalité à une injection de capitaux propres sept fois supérieure à ce que la Bourse apporte aux PME. Le capital-investissement est en effet un acteur majeur du financement des entreprises, et tout particulièrement des PME. Sa vocation sociale est de permettre la concrétisation de projets portés par des entrepreneurs n’ayant pas le patrimoine nécessaire, qu’il s’agisse de création, de développement ou de transmission. C’est un véritable partenaire qui soutient et ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Une nouvelle donne pour la croissance

Sur le même sujet