Introduction en Bourse

Le black-out des analystes lors des IPO : une réalité fondée

En France, de plus en plus d’analystes se conformeraient à un embargo sur les titres nouvellement cotés. Cette pratique est-elle justifiée ou pénalisante pour le marché, ainsi privé d’opinions impartiales ?

La probabilité instantanée de couverture augmente au cours du temps

L'auteur

  • Amans
    • Maître de conférences
      IAE de Lille, Lille Economie et Management, UMR CNRS 8179

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°729

distribution des produits financiers : protection versus efficacité ?

Aux États-Unis, la Security Exchange Commission (SEC) impose aux analystes un embargo sur les introductions en bourse. Elle entend ainsi prévenir le battage commercial et l’inégale information des investisseurs. La pratique s’est répandue outre-Atlantique. En France, de plus en plus d’analystes s’y conformeraient [1], et ce, malgré l’avis du régulateur [2]. Durant l’embargo, le marché serait en effet privé d’opinions impartiales. Il ne pourrait donc évaluer justement les titres. Dénoncé [3], le black-out reste toutefois à mesurer. Est-il réel et, si oui, fondé ? La preuve et de possibles ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet