Cet article appartient au dossier : Face aux marchés, les Etats sont-ils encore souverains ?.

Financement de l’économie

Bâle au centre… du jeu économique

La crise des dettes souveraines et les effets des réglementations nouvelles pèsent déjà sur le financement de l’économie du fait d’une intervention réduite des banques et des assurances. Ce sera aux marchés de prendre le relais, même concernant les PME, au travers de trois sources de financement à réanimer : les titres de créances négociables, la titrisation et le capital investissement.

Réanimer le capital investissement.

L'auteur

  • M Fleuriet
    • Professeur associé, Fondateur et co-Directeur du Master Banque d'Investissement et de Marché BIM268
      Université Paris-Dauphine

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°749bis

Face aux marchés, les États sont-ils encore souverains ?

La séparation envisagée entre les activités de crédit et de marchés des banques, la « règle Volcker » qui interdit aux banques de dépôts de spéculer pour leur compte propre, les nouvelles règles de jeu internationales édictées par la Banque des Règlements Internationaux (BRI), dont le siège est à Bâle et qui portent en conséquence le joli nom de Bâle III… tout ce corset de réglementations vise à réduire la prise de risque des banques dans les activités de marchés. « Les banques seraient alors tout entières tournées vers le financement de l'économie réelle », dit-on… Selon toute ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Face aux marchés, les Etats sont-ils encore souverains ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet