Cet article appartient au dossier : Prospectives 2022.

La baisse du taux d’épargne n’est pas pour demain

Qui dit consommation en baisse, dit épargne en hausse : la crise du Covid et ses confinements ont donné une ampleur nouvelle à cette équation, qui n'est pas près de se démentir.

La baisse du taux d’épargne n’est pas pour demain

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°863-864

RÉTROSPECTIVE PROSPECTIVE

Les dernières données disponibles de comptabilité nationale au niveau européen, livrées par Eurostat, correspondent au deuxième trimestre 2021. Cela nous permet d’observer de plus près la manière dont les ménages ont adapté leurs comportements d’épargne pendant la crise du Covid et les confinements qui l’ont accompagnée. À partir du second trimestre 2020, la plupart des pays d’Europe ont mis en place des mesures de ce type. Elles ont eu un impact mécanique important sur la consommation des ménages et, donc, sur leur épargne. Pour mémoire, elle correspond à la part du revenu disponible brut ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Prospectives 2022

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet