Cours des matières premières, (dés-)investissements et stratégies industrielles

« Avec un fort levier opérationnel, il n’est pas sage d’ajouter un effet de levier financier »

Le recours à la dette au niveau d’un groupe minier doit être limité, car celle-ci accroît par nature les risques auxquels ce dernier est déjà soumis avec la volatilité des prix. Il lui faut pouvoir actionner rapidement d’autres leviers : trésorerie, réduction des coûts, ou encore renforcement des fonds propres.

Avec un fort levier opérationnel, il n’est pas sage d’ajouter un effet de levier financier

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°815

Numéro double 815-816 : Prospective 2018 - Rétrospective 2017

Entre désendettement et optimisation de la compétitivité-prix, comment s’expriment aujourd’hui les contraintes de financement des groupes miniers ?Les activités minières sont, d’une part, extrêmement cycliques et donc volatiles, avec des écarts de prix très importants sur de courtes périodes comme ce fut le cas sur le manganèse en 2016 et, d’autre part, fortement intensives en capital, avec des investissements amortis sur une très longue période : dix, vingt, trente ans. De ce point de vue, les hypothèses qui président à la décision d’investissement sont fondamentales. Lorsqu’un ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Financement des matières premières : des problématiques multiples

Sur le même sujet