ENASS Papers 4 : Vitesse de croisière ?

Dossier réalisé par Elisabeth Coulomb et Annick Masounave

Introduction

ENASS Papers 4 : Vitesse de croisière ?

Comme le souligne Pierre-Charles Pradier, directeur délégué de l’ENASS, dans son éditorial, les ENASS Papers s’installent désormais dans un rythme semestriel. Comme dans les précédents opus, les contributions couvrent un spectre particulièrement large de problématiques du monde assurantiel : de l’importance de la notion d’appétit pour le risque dans la stratégie des compagnies, des considérations actuarielles touchant au provisionnement ou aux enseignements de QIS 5, des questions d’actualité qui interrogent sur les limites de l’assurance, et un peu de prospective cyber dans les réseaux sociaux et les communautés virtuelles.

Enass Papers 4

Voici la quatrième livraison des ENASS Papers en seulement dix-huit mois : grâce à la persévérance de son éditeur, Patrick Thourot, la revue voulue et calibrée par Michel Vilatte, François Ewald et Olivier de Lagarde atteint sa vitesse de croisière semestrielle. Autant que la vitesse, c’est la trajectoire qui importe : les concepteurs voulaient une revue professionnelle et scientifique. Le pari n’était pas mince, les revues scientifiques francophones étant plutôt académiques et disciplinaires : l’assurance ne correspondant à aucune section du Conseil national des universités, à aucune secte connue dans les écoles supérieures, à aucune nomenclature ministérielle qui permettrait d’obtenir des subsides, il était à craindre que l’aventure ne tente personne. Et pourtant, Patrick Thourot a identifié dans les productions des étudiants de l’ENASS, et un peu au-delà si on considère que la SCOR était récemment encore dans le voisinage, des contributions dans un spectre particulièrement large : de l’importance de la notion d’appétit pour le risque dans la stratégie des compagnies, des considérations actuarielles touchant au provisionnement ou aux enseignements de QIS 5, des questions d’actualité qui interrogent sur les limites de l’assurance, et un peu de prospective cyber dans les réseaux sociaux et les communautés virtuelles.

Le temps de la profondeur

La variété ne signifie pas ici la superficialité : les adjectifs dérivés du journalisme ont rarement bonne presse, si l’on peut dire, mais les auteurs de ce numéro ont pris le temps de la profondeur. Leurs contributions, issues de mémoires de fin d’études, sont substantielles et informatives… sans forcément tourner le dos à l’actualité. Si l’on devait oser une comparaison, c’est certainement la Risk Management and Insurance Review qui constituerait le modèle des ENASS Papers par sa pluridisciplinarité et son rapport distancié à l’actualité. Reste que la revue américaine s’enorgueillit de son comité de lecture et de son inscription aux principales bases de données bibliographiques qui permettent de calculer l’impact factor et d’attirer les chercheurs. Faut-il pousser la ressemblance avec la revue américaine jusqu’au mimétisme ? Un comité de lecture sera certainement nécessaire lorsque la Revue Banque s’inquiétera du volume de chaque numéro. Pour l’instant, nous n’en sommes pas là, et la production de l’école est suffisante pour alimenter un numéro semestriel et un site miroir, qui comporte les résumés et l’accès aux mémoires complets.

Rendez-vous au prochain numéro

Et après ? Si les contributeurs futurs sont correctement ciblés, il faudra sans doute un peu de temps pour que le modèle d’ENASS Papers soit perçu par ses lecteurs et attire à l’ENASS une demande pour des études correspondant au spectre et aux méthodes des ENASS Papers. D’ici là, l’école aura sans doute été renforcée par le développement de son offre de formation, en particulier au niveau doctoral. Rendez-vous au prochain numéro, que nous atteindrons dans 6 mois à la vitesse de croisière. Mais d’ici là, au nom des lecteurs, des auteurs, des étudiants et des personnels de l’école, je tiens à remercier Patrick Thourot, notre pilote, navigateur et éditeur en chef : c’est lui qui a identifié les sujets, décidé les talents à produire un texte au format de la revue, convaincu les sponsors, tenu les délais et séduit les lecteurs. Merci, Patrick, pour ce travail et cet exemple !

Article rédigé par Pierre-Charles Pradier, directeur délégué de l'ENASS.

Dossier réalisé par Elisabeth Coulomb et Annick Masounave

Sommaire

Le dossier que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité
Tarif : 15.00 euros TTC
Banque & Stratégie