Paiement

Le virement instantané va se déployer en Europe

Alors que BPCE a annoncé en juillet proposer des premiers cas d’usage du virement instantané, le déploiement de ce nouveau moyen de paiement européen devrait s’accélérer en France et en Europe au second semestre.

Virement instantané

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°823

Attractivité des banques européennes

« Le virement SEPA instantané (SCT) est l’un des premiers moyens de paiement intégralement européen. Il repose sur une volonté institutionnelle des autorités européennes de créer un nouveau moyen de paiement post-SEPA, et de répondre aux attentes de la société en termes d’instantanéité », rappelle Andréa Toucinho, consultante Moyens de paiement et services financiers chez Adn’co. Un « scheme » européen du virement instantané a été édité en 2018 par l’EPC (European Payment Council). Ce virement libellé en euros, d’un montant maximum de 15 000 euros à ce jour, est effectif en 10 secondes et irrévocable. Fin novembre, le démarrage de la plateforme de règlement interbancaire pan européen (TIPS) de la BCE marquera l’ouverture du marché européen du paiement instantané dans les 34 pays de la zone SEPA. Le groupe BPCE, qui utilise la plateforme de compensation de Stet, se connectera alors à TIPS.

Natixis Assurances (BPCE) propose depuis juillet aux clients de Caisse d’Épargne le versement de certaines indemnisations en temps réel en cas de sinistre. BPCE lance en septembre un service de prêts entre particuliers pour les clients des Banques Populaires et des Caisses d’Épargne et propose le virement instantané pour l’affacturage, puis le lancera en novembre pour les prêts à la consommation.

« Les banques des pays européens se sont mises en ordre de marche à un rythme très différent », précise Andréa Toucinho. Selon elle, il y a des pays moteurs comme l’Italie, et d’autres qui recèlent un bon potentiel comme les Pays-Bas ou l’Espagne. Des systèmes nationaux ont en effet préexisté au scheme européen dans certains pays. Selon une étude du BCG en partenariat avec BPCE et Natixis Payments, l’instant payment représente déjà 7 à 8 % des paiements scripturaux en Grande Bretagne (où Faster Payments existe depuis 2008), en Suède (2012) et au Danemark (2014). Et entre 6 et 13 % des transactions scripturales pourraient être réalisées en paiement instantané en France en 2022. La BCE estime que le taux d’adoption pourrait atteindre 23 % pour l’Europe. BPCE ambitionne de traiter 1,3 milliard de transactions instantanées chaque année d’ici 2022.

Premiers lancements effectifs

« En France, les banques ont été relativement attentistes sur le sujet car il y a une volonté de parvenir à un consensus de Place sur les cas d’usage, et de préparer la mise en marché de ce moyen de paiement. Aujourd’hui, toutes les banques sont en train de préparer leur solution et il y aura probablement de premiers lancements effectifs autour de Paylib, leur service de paiement mobile. Le paiement de particulier à particulier ressort comme l’un des usages naturels de l’instant payment », estime Andréa Toucinho. Crédit Agricole SA va proposer le virement instantané pour ses clients en réception en novembre et en émission début 2019. BNP Paribas doit déployer à l’automne le paiement instantané en France, en Belgique et en Italie, et en 2019 dans ses autres pays. Société Générale ne communique pas encore de date de lancement.

« L’un des enjeux principaux : le sujet des business models, qui restent à définir. Ce virement implique des investissements en back-office pour les banques, que ce soit en termes de modernisation du SI ou dans l’évolution de la lutte contre la fraude dans le contexte de l’instantanéité, et représente par conséquent un coût. La question est de savoir comment il va être appliqué », précise Andréa Toucinho. Les modèles économiques de l’instant payment pourraient, comme les cas d'usage, émerger peu à peu. L. B.

 

Sur le même sujet