Banque

Travelex lance Ditto, une banque mobile pour les voyageurs

ditto

L'auteur

Pour en savoir plus

image
  • Dittocarte

    Dittocarte

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°809

Crédit aux PME : de nouvelles tendances émergent

Les créations de banques mobiles se succèdent. C’est au tour de Travelex, société spécialisée dans le change de devises, de lancer sa solution : Ditto by Travelex. Créée et conçue par la filiale française du groupe, Banque Travelex SA, cette banque s’adresse avant tout aux clients devant jongler entre plusieurs devises, et leur propose une méthode simple pour gérer leurs dépenses. « Jusqu’à présent, nous faisions des produits connexes au monde bancaire, sur des flux liés aux espèces, avec des licences connexes. Or nous nous retrouvions toujours dans des situations où nous devions gérer le fait de ne pas être une banque, explique Sylvain Pignet, président de Banque Travelex SA. Il nous a paru logique de réunir l’ensemble des transactions de base dans un même endroit ; pour le client, le plus logique est de le faire au sein d’une banque. » Lancée en 2015, la réflexion porte peu à peu ses fruits et la plate-forme mobile accueillera ses premiers clients en juillet, avant un lancement officiel en septembre.

En quoi se différencie Ditto des autres banques mobiles ? Elle est payante, et nativement multidevise. Pour 9,90 €/mois, le client dispose d’un compte bancaire complet lié à une carte bancaire NFC de type MasterCard Gold. Ce compte lui permet de gérer douze devises différentes au lancement et une trentaine au total à l’automne. La carte débitant automatiquement les sommes dues dans la bonne devise. Et si l’argent manque sur ce compte, elle le prendra dans le compte le mieux approvisionné.

Autre différence : même si la création de comptes peut se faire directement à partir de l’application, la validation finale des pièces se fait de façon humaine. Et la finalisation se fait en virant sur le nouveau compte un minimum de 100 euros en provenance de n’importe pays de l’OCDE. Au-delà de ces contraintes, Ditto offre la possibilité de créer instantanément un compte dans une nouvelle monnaie. Et l’ensemble des opérations sont gratuites, le seul surcoût étant éventuellement le taux de change applicable qui veut rester sous la barre des 1 %.

Trois limites peuvent être choisies par le client pour moduler son usage : le retrait d’argent et le plafond de paiement de façon classique, mais également un plafond dédié aux transactions plus spécifiquement liées au voyage (hébergement, vols, location de voiture, etc.) De plus, une fois que le client est connu, d’autres services peuvent lui être proposés. Dans un premier temps, Ditto s’oriente vers des offres de crédit : découvert autorisé, crédit à la consommation, crédit revolving. « À terme, il y aura de l’épargne, mais pas de façon traditionnelle, promet Sylvain Pignet. Ainsi qu’une déclinaison pour les entreprises, plus particulièrement les PME et les ETI. » Lancée d’abord en France, Ditto veut séduire entre 50 000 et 80 000 clients d’ici à la fin de l’année. Elle se déploiera également dans 20 pays à cette échéance puis poursuivra son expansion au rythme d’un pays par mois.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet