Rupture digitale

Le SNB inquiet

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°805

Open bank : le jeu des services financiers modulaires

Le SNB/CFE-CGC s’inquiète et le fait savoir. Alors que ce syndicat entend habituellement accompagner les évolutions en cours et notamment la transformation digitale, son président, Régis Dos Santos, a pris la parole début janvier pour alerter sur une évolution plus rapide qu’anticipée dans les groupes bancaires qui pourrait avoir des conséquences pour les salariés. « Nous n’aurions pas tenu le même discours il y a un an. Nous sentons que les choses s’accélèrent avec l’arrivée de Watson [1]qui va se développer, l’annonce de plans digitaux par des grandes banques comme BNP Paribas, et le fait que les fermetures d’agences commencent à s’organiser aussi chez les mutualistes », résume Régis Dos Santos. De fait, BPCE va par exemple faire des annonces concernant sa transformation digitale le 21 février.

Considérant que les salariés sont « durement affectés par la baisse régulière des effectifs » et « particulièrement inquiets de l’avenir de la banque de réseau, l’arrivée de l’intelligence artificielle », le SNB/CFE-CGC a par ailleurs lancé le 24 janvier sa troisième « enquête scientifique nationale » sur les risques psychosociaux, le stress et la souffrance au travail, pilotée par un conseil d’universitaires et menée auprès de toute la profession de la banque, de la finance et du crédit. Les résultats de l'enquête doivent être présentés au printemps.

 

[1] Watson est un outil d’intelligence artificielle d’IBM expérimenté en France par le Crédit Mutuel CIC, ndlr.

 

Sur le même sujet