Néobanques

Morning veut se diversifier en 2018

Morning

L'auteur

Pour en savoir plus

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°815

Numéro double 815-816 : Prospective 2018 - Rétrospective 2017

Après une fin d’année 2016 catastrophique, et l’arrivée en février dernier de Banque EDEL en tant qu’actionnaire majoritaire, la néobanque toulousaine Morning a passé l’année écoulée à se remettre en ordre de marche. En ce début d’année, elle est prête et affiche des ambitions certaines.

Lors de sa dernière conférence de 2017, Frédéric Senan, P-DG de Morning, a tracé la feuille de route pour 2018 : proposer toujours plus d’instant payment, devenir agrégateur de paiement ou faire un partenariat avec un agrégateur pour proposer de nouveaux services, obtenir le statut d’initiateur de paiement d’ici mai 2018 et développer une application dédiée à la cagnotte Morning, en mars ou avril. Et surtout, développer l'activité B2B de la banque : « À terme, nous voulons faire 80 % de notre chiffre d’affaires en B2B et 20 % en B2C. »

Si Morning s’est d’abord lancée dans les relations avec les particuliers et continue de se diversifier dans ce domaine (avec Morning Jump, un compte pour les 12-18 ans, et Morning Welcome, un compte dédié pour les citoyens de l’Union européenne disponible à la mi-janvier), la société compte développer son offre de « Morning as a service » en ouvrant ses API et en proposant certains modules à des tiers professionnels. L’une des premières offres du genre sera Morning Protect, dédié à la gestion des finances des personnes sous tutelle ou curatelle. À l’origine, celle-ci devait être proposée en direct ; la banque a finalement préféré la mettre en marque blanche.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet