Morning dans la tourmente

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°803

Numéro double 803-804 : Prospective 2017 - Rétrospective 2016

L’ancien Payname, devenu Morning en juin dernier, a poussé un cri d’alarme sur sa santé financière en décembre dernier, son passage au statut de « néobanque » en janvier 2016 lui ayant posé quelques soucis financiers. La start-up souhaitait entrer en Bourse pour lever les fonds nécessaires. Une option qui n’était pas partagée par son actionnaire principal, la MAIF, qui insistait pour qu’une banque plus traditionnelle entre au capital. Or, selon les fondateurs de Morning, cela « reviendrait à tuer le projet d’indépendance de Morning, à tuer l’innovation au profit unique d’un acteur dont les intérêts sont ailleurs ». Confrontée à cette impasse, la FinTech s’est alors autorisée à puiser dans son compte de cantonnement, suscitant la suspension d’agrément de la part de l’ACPR. De quoi aggraver ses difficultés, étant interdite de toute opération… Après plusieurs réunions, la MAIF semble prête à accepter au final de soutenir financièrement Morning dans les semaines à venir. Reste à voir si cette entrée d’argent sera suffisante pour combler les pertes de Morning et lui permettre de se remettre en conformité avec ses obligations aux yeux de l’APCR.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet