Monétique

Mastercard introduit la fonctionnalité True Name en Europe avec Bunq

(((Geoffroy Seghetti)))

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°857

GESTION D’ACTIFS : La déferlante de l’investissement responsable

Lancée il y a deux ans aux États-Unis, True Name proposée par le réseau Mastercard est désormais disponible en Europe, pour les cartes de la FinTech Bunq. Cette fonctionnalité sera accessible dans 30 pays européens, dont la France. Elle permet aux porteurs de cartes de faire inscrire leur prénom choisi, facilitant ainsi les parcours transidentitaires, et l’acceptation des personnes trans et non-binaires dans la vie quotidienne. Geoffroy Seghetti, directeur marketing & communication Europe de l’Ouest chez Mastercard et co-responsable du réseau Pride Europe pour Mastercard, rappelle que juridiquement « la carte de paiement n’est pas un titre d’identité. Mais avant de changer d’état civil, il y a un processus juridique long qui demande beaucoup de preuves à apporter, de papiers à établir. Le programme True Name sert aussi à adresser cette problématique. Le but de True Name est de pouvoir simplifier le quotidien des personnes trans ou non-binaires. » À noter que cette fonctionnalité ne sert que pour les personnes en cours de transition administrative ou les personnes non-binaires. En effet, pour les personnes qui ont eu un parcours complet de changement d’état civil, la fonctionnalité ne sert pas, car le nom légal et le nom choisi par la personne sont identiques. Mais pour que le changement d’identité soit reconnu par l’état civil, il faut prouver que la personne est connue sous son nom choisi : avoir une carte de paiement à ce nom, comme avoir une quittance téléphonique ou d’énergie le mentionnant, est un élément de preuve comme un autre.

Concrètement, pour les banques, le KYC qu’elles doivent établir à l’entrée en relation se base sur le nom légal. La fonctionnalité True Name propose d’ajouter une ligne « preferred name » (ou nom de préférence) avec le nom choisi par le client. Dans le back-office bancaire, ces deux noms sont liés, et la carte est émise au nom choisi. Sur la façon de procéder, Geoffroy Seghetti conseille aux banques de « centraliser les demandes. Avec une adresse web centralisée sur Internet pour demander leur carte au “true name”. » En Europe, Bunq étant une FinTech, le problème ne se pose pas, car toute la procédure se fait en ligne. Aux États-Unis où l’offre existe depuis 2019 parmi différents réseaux, c’est la solution choisie par CITI, qui centralise sur un seul site web les demandes venues d’Internet ou de son réseau. Geoffroy Seghetti confirme que des banques et des FinTechs françaises sont également en discussion pour adopter cette fonctionnalité. Il précise tout de même que la banque doit approuver le nom choisi pour éliminer certaines possibilités de détournement : « C’est exactement le même processus de validation qui a déjà été mis en place lorsque les banques ont proposé la personnalisation du visuel des cartes. » Il faut donc vérifier que le nom choisi n’est pas une usurpation d’identité ou n’enfreint pas la propriété intellectuelle. Pas question de vous faire délivrer une carte au nom de Mickey Mouse ou de Sarah Connor !

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet