Place de marché

Lydia met en forme ses partenariats

Lydia

L'auteur

Revue de l'article

Depuis ses débuts dans le paiement instantané en 2013, Lydia a bien changé. La FinTech française a diversifié son offre en propre avec un système de cagnotte et une carte liée à l’application par exemple, mais elle a également multiplié les partenariats avec d’autres start-up et entreprises. Désormais ces partenariats sont disponibles directement à partir de l’application principale, grâce à un nouvel onglet intitulé « Le marché ». Ici, l’utilisateur pourra trouver une dizaine de partenaires (assurances comme Luko, banques notamment Hello Bank et Orange Bank, prêt instantané, aide au déménagement, etc.) et souscrire directement à leur offre à partir de l’application. Outre d’éventuelles gratifications négociées au coup par coup, ce système implique également le partage d’informations liées au KYC (Know Your Customer) entre Lydia et ses partenaires. Pour le client, cela signifie que le formulaire d’inscription est déjà prérempli et qu’il suffit de quelques clics pour finaliser cette dernière. « Le marché » renouvellera régulièrement les offres présentées au fur et à mesure que de nouveaux partenariats y seront souscrits, et pour rendre l’offre encore plus alléchante – à défaut d’y gagner en clarté –, c’est dans cet onglet que les 2,7 millions d’utilisateurs de Lydia pourront retrouver les « cartes-cadeaux » numérisées à dépenser auprès d’une vingtaine d’enseignes. Pour Raphaël Vullierme, P-DG de Luko, assureur habitation et membre du marché Lydia : « Nous associer à Lydia permet de concrétiser notre importante promesse de rembourser les sinistres simples en 2 heures. Auparavant, nous exécutions le virement en 2 heures, mais il fallait ensuite compter plusieurs jours pour que l’argent parvienne effectivement sur le compte bancaire de l’assuré. Ce partenariat avec Lydia était une évidence pour Luko afin que nos assurés soient indemnisés le plus vite possible et puissent reprendre le cours de leur vie. » Et cela lui permet également de substantielles économies sur l’enrôlement des nouveaux clients. Pour Lydia, ces partenariats sont une source de revenus complémentaire, sur le modèle de l’affiliation. À chaque nouvelle souscription via ce marché, la société touche sa commission.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet