Stress-test

Les petites banques allemandes sous contrôle

Revue de l'article

68 banques et caisses d’épargne allemandes ont échoué à un stress-test organisé par la Bafin et la Bundesbank ! Le chiffre – révélé à la fin de l'été – impressionne, mais ces établissements sont de petite taille et leur nombre doit être comparé aux 1 555 petits établissements qui ont été contrôlés. Le stress-test n’a mis en échec « que » 68 établissements. Selon Jean-Baptiste Bellon, analyste bancaire chez Trapeza, « l’insuffisance de capital révélée dans ces 68 établissements est d’autant moins inquiétante que l’un des scénarios testés est très improbable : une brutale augmentation des taux de 200 points de base ! » Quand une hausse des taux survient, les actifs à taux fixes (prêts, produits de placement, etc.) qui affichent des taux bas voient leur valeur fondre. Or, « les banques allemandes ont beaucoup d’actifs à taux fixe », précise l’analyste. Toutefois, la BCE est déterminée à sortir très lentement de sa politique accommodante.

La Bafin et la Bundesbank vont probablement pousser les établissements fragiles à fusionner avec des banques plus solides. « Les superviseurs recommandent également aux petites banques d’améliorer leur rentabilité en baissant leurs coûts ou en augmentant leurs tarifs ; il faut reconnaître qu’il est difficile d’être rentable en période de taux bas pour une banque de détail », note Jean-Baptiste Bellon. Lors de l’élaboration du premier pilier de l’Union bancaire, la supervision unique, il a été convenu que les petites institutions soient suivies par le superviseur national. « Cette disposition concerne avant tout l’Allemagne où le nombre de banques est le plus élevé d’Europe, relève l’analyste. Elle est justifiée dans la mesure où la réglementation adaptée aux grandes banques est difficilement applicable par des établissements de petite taille ; face à ces règles, les superviseurs nationaux – en l’occurrence la Bafin et la Bundesbank – s'adaptent. De plus, la BCE n’est pas équipée pour superviser cette myriade de petites structures. » La BCE aime toutefois affirmer que ces petites banques n’échappent pas à son contrôle. « En effet, toutes les données détaillées lui sont transmises, affirme Jean-Baptiste Bellon. Heureusement, car les 1 555 petites banques allemandes représentent 41 % du système bancaire allemand. » S. G.

 

Sur le même sujet