Épargne

Les Français peu motivés pour financer les entreprises

Revue de l'article

À l’heure où le gouvernement cherche, avec la loi PACTE, à orienter l’épargne des Français vers le financement des entreprises, un sondage réalisé par Ipsos et le Cercle des Épargnants est riche d’enseignements.

À la question « Pensez-vous que l’épargne individuelle doit participer en priorité au financement des entreprises ? », 44 % des sondés répondent « non », 26 % « je ne sais pas » et seulement 30 % « oui ». Le sondage cherche tout de même à savoir, dans le cadre d’un placement qui participe au financement des entreprises, quels sont les critères prioritaires des épargnants. 67 % des sondés estiment que la garantie de récupérer leur capital de départ est un critère prioritaire ; vient ensuite la liquidité (52 %). Une fiscalité qui serait avantageuse n’est un critère prioritaire que pour 33 % des sondés.

Très clairement, les Français préfèrent un placement peu risqué qui rapporte peu (62 %) à un placement très risqué qui rapporte beaucoup.

Dans un tel contexte, le gouvernement va rencontrer quelques difficultés à développer une épargne de long terme orientée vers le financement des entreprises. La solution passe peut-être par l’éducation financière. En effet, nombre de Français ne savent pas quel type de placement permet de financer les entreprises. Par exemple, 44 % d’entre eux ignorent que des actions et obligations sur un compte titre profitent aux entreprises. Et pourtant, 62 % des sondés pensent qu’ils sont suffisamment formés pour gérer leur argent. 67 % ne veulent pas recevoir davantage d’aide pour cette gestion. S. G.

 

Sur le même sujet