En bref

Société générale cash back

Revue de l'article

  • Apple Pay croît quatre fois plus vite que PayPal. C’est en tout cas ce qu’a affirmé Tim Cook, le PDG d’Apple, lors de la présentation des résultats de sa société pour le troisième trimestre 2019. Chiffres à l’appui puisqu’il a annoncé 3 milliards de transactions effectuées avec Apple Pay entre juin et septembre 2019 pour 49 marchés et 6 000 émetteurs.
  • La Banque centrale chinoise publie une nouvelle norme de certification pour les fintech. Le 29 octobre dernier, la banque centrale chinoise et l’équivalent local de l’AFM ont publié une nouvelle liste de règles à suivre pour que les FinTechs locales soient certifiées, qu’elles soient dans un domaine matériel ou logiciel. Ce certificat, nécessaire pour être actif sur le marché chinois, sera valable trois ans et pourra être renouvelé.
  • Atos se désengage de Worldline. Alors qu’Atos avait déjà cédé près du quart du capital de sa filiale spécialisée dans les transactions de paiement sécurisées, il veut maintenant en céder la moitié de sa participation, pour ne conserver que 13 % du capital environ.
  • Société Générale généralise le cashback à l’ensemble des achats. Lancée en novembre 2018, l’offre de cashback de la Société Générale ne concernait que les partenaires en ligne. Désormais, après inscription sur le site, à chaque achat dans l’une des enseignes partenaires, le client pourra récupérer jusqu’à 5 % de ses dépenses. « Nous faisons évoluer nos services autour de la carte et la reconnaissance client. La carte n’est plus seulement un moyen de paiement à un instant T, commun à tous les clients, elle est une carte “augmentée”, sur-mesure qui par la richesse des fonctionnalités qu’elle propose contribue à améliorer l’expérience client » explique Bertrand Cozzarolo, Directeur adjoint client, marketing, distribution Société Générale.
  • (((SGCashback.jpg)))
  • Orange Bank fête ses deux ans et ses 500 000 clients. Deux ans après son lancement, Orange Bank annonce avoir 500 000 clients (en plus des 200 000 clients restant chez Groupama Banque qui n’est plus commercialisée), et annonce séduire 20 000 nouveaux clients par mois. La société a signé un partenariat avec Nexity pour le financement de projets immobiliers et devrait d’ici quelques jours ouvrir sa filiale en Espagne.
  • Un compte bancaire Google pour 2020 ? D’après le Wall Street Journal, Google pourrait bien lancer son offre de compte bancaire dès 2020. Pour l’instant surnommée Cash, cette offre s’appuierait sur Citigroup et proposerait l’accès à un compte courant classique et à une carte bancaire à partir des outils Google dont Google Pay. « Notre approche va être de former des liens profonds avec les banques et le système financier », a expliqué Caesar Sengupta, vice-président de Google, au Wall Street Journal. « C’est la meilleure façon de faire dans la durée ».
  • Nickel a dépassé les 1,4 million de comptes en 2019. D’après les chiffres donnés par la société mère, BNP Paribas, la néobanque a vu 85 000 comptes ouverts au troisième trimestre 2019. Ce sont désormais 5 800 bureaux de tabac, soit le quart des enseignes de ce type qui propose cette offre.
  • FrAndroid lance son comparateur de banque en ligne. À l’origine site d’information technologique et geek à destination du grand public, FrAndroid ne cesse de se diversifier et propose désormais un comparateur de banque en ligne avec pour l’instant dix banques dans sa liste : https://www.frandroid.com/comparatif-meilleures-banques-en-ligne.
  • Facebook revient dans le paiement. En annonçant Facebook Pay quelques mois après l’arrêt des transferts d’argent via Messenger, le réseau social fait une nouvelle tentative pour intégrer le paiement à l’ensemble de ses plateformes (Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp, Marketplace). Pour Deborah Liu, vice-présidente de Facebook Marketplace : « Facebook Pay prend en charge la plupart des cartes de crédit et de débit ainsi que PayPal. Les paiements sont traités en partenariat avec des sociétés comme PayPal, Stripe et d’autres dans le monde entier. Facebook Pay s’appuie sur l’infrastructure financière et les partenariats existants et est distinct du portefeuille Calibra qui fonctionnera sur le réseau Libra. » Pour l’instant, le service est proposé aux clients de Facebook aux États-Unis.
 

Sur le même sujet