BNP Paribas s’allège aux États-Unis

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°863-864

RÉTROSPECTIVE PROSPECTIVE

La banque française a conclu un accord avec Banque de Montréal (BMO), à qui elle cède 100 % des activités de banque commerciale aux États-Unis de sa filiale Bank of the West, pour 16,3 milliards de dollars (14,4 milliards d'euros), soit, d’après le vendeur, « 1,72 fois la valeur de l'actif net tangible de Bank of the West et 20,5 % de la capitalisation boursière de BNP Paribas, pour une contribution moyenne de Bank of the West au résultat avant impôt du groupe au cours des dernières années d'environ 5 % ». La transaction devrait générer une plus-value exceptionnelle, nette d'impôt, d'environ 2,9 milliards d'euros et aurait un effet positif d'environ 170 points de base sur le ratio de fonds propres CET1 du groupe, qui, net d’un programme de rachat d’actions prévu pour « compenser la dilution attendue du bénéfice net par action », devrait, selon la banque, s’améliorer à la fin de l’opération, en 2022, à 110 points de base. Pour autant, a tenu à préciser Jean-Laurent Bonnafé, le directeur général de BNP Paribas, « l’implantation de BNP Paribas aux États-Unis demeure un pilier stratégique pour le développement de nos franchises d'entreprises et d'institutionnels ».

 

Sur le même sujet

  • BPCE : Gausseron, Benoît

    • Nomination
    • 05/01/2022
    • Revue Banque N° 863-864