Modèle bancaire

La Bank-as-a-Platform progresse

Le modèle de Bank-as-a-Plateform devrait progresser en France en 2021

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°857

GESTION D’ACTIFS : La déferlante de l’investissement responsable

Le modèle de Bank-as-a-Platform, qui consiste à intégrer de nouvelles offres, produits et services financiers et extra-financiers proposés par des tiers, via une plateforme, pourrait accélérer sa progression dans les mois qui viennent, indique une étude de Colombus Consulting présentée le 4 mai. Le Crédit Agricole Ile-de-France a par exemple mis en place une plateforme qui permet d’agréger différents services autour de solutions immobilières. Crédit du Nord a noué plusieurs partenariats pour ses clients professionnels et entreprises afin de leur proposer des services de gestion du risque commercial (Ellisphère) ou de gestion de trésorerie automatisée (Agicap) par exemple.

D’autres initiatives sont annoncées dans les banques. Le projet de fusion entre Crédit du Nord et Société Générale prévoit de proposer une offre « augmentée » avec « un enrichissement des partenariats en constituant une marketplace proposant des produits et services bancaires et non bancaires ». De son côté, La Banque Postale prévoit dans son plan stratégique 2030, présenté fin mars, d’accélérer sa diversification et de développer un modèle plateforme en intégrant des partenariats, en crédit consommation et en assurance non-vie dans un premier temps.

« La complémentarité et l’intégration des services que les clients demandent peuvent se retrouver sur le canal physique, au travers des agences », estime Anne-Sophie Levavasseur, Partner chez Colombus Consulting. Deux tiers des clients des banques traditionnelles et même quatre cinquièmes des jeunes pourraient se rendre en agence pour de nouveaux services complémentaires, selon une enquête réalisée fin février avec Opinion Way. Ces services pourraient être le point relais (46 %), des formations proposées par la banque (42 %), la participation à des événements (39 %) ou l’accès à un espace de coworking. Par ailleurs, d’après cette étude, la fréquentation des agences n’a baissé que de 13 % en 2020 pendant la pandémie et plus de 60 % des personnes disent que leur fréquentation des agences sera stable dans les années à venir.

« La banque devient une commodité à travers laquelle on peut accéder à un large bouquet de service services financiers ou extra-financiers très intégrés », conclut Anne-Sophie Levavasseur.

 

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet