Cet article appartient au dossier : Assurance, ENASS Papers 19.

Gestion des risques

L’utilisation de la data science, ou la fin de la mutualisation solidaire des risques ?

Les données sont à la base de la segmentation des tarifs et permettent en cela une meilleure maîtrise du risque. L’afflux de nouvelles données permettant une connaissance accrue du client et une individualisation des offres va-t-il jusqu’à remettre en cause le concept de mutualisation des risques, l’un des fondements de la théorie de l’assurance ?

L’utilisation de la data science, ou la fin de la mutualisation solidaire des risques ?

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°391

ENASS PAPERS 19

L’émergence d’Internet et la création de nombreux objets connectés permettent aujourd’hui la collecte d’une masse de données jamais détenue par quiconque dans le passé, même récent. Or les données sont le fondement du business model des assureurs. Elles servent en effet à tarifer les risques en fonction des historiques des sinistres (les données de l’assureur) et à segmenter les tarifs, en croisant les données historiques avec les déclarations de l’assuré.Les moines copistes n’ont pas survécu à l’invention de l’imprimerie au XVe siècle, qui a ensuite permis la démocratisation de la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

ENASS Papers 19

Sur le même sujet