Economie digitale

« Servir les utilisateurs sans reprendre les vieux codes de la banque »

Alors que la France était déjà son deuxième plus gros marché, la néobanque Revolut y a ouvert son premier bureau fin 2017. Pour l’occasion, Benjamin Belais dévoile sa vision de la relation bancaire : il est nécessaire de se débarrasser des freins techniques, psychologiques et organisationnels pour réinventer une relation plus directe et plus transparente entre la banque et ses clients.

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°815

Numéro double 815-816 : Prospective 2018 - Rétrospective 2017

Pourquoi avez-vous choisi d’ouvrir un bureau en France ?Revolut est une néobanque dont l’idée est de créer un compte global pour gérer l’ensemble de ses finances partout dans le monde. Un Anglais, un Français, n’importe où sur la planète, peut se connecter à son compte Revolut et utiliser son argent sans frais de change.Aujourd’hui, Revolut est disponible dans l'ensemble de l’espace économique européen et, avant même l'ouverture de nos bureaux, la France était notre second marché en nombre d’utilisateurs. Cela s’est fait sans communication, ni application localisée. Malgré tout, l’intérêt ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sur le même sujet