Cet article appartient au dossier : Anticorruption : la lutte continue.

Réussir son exercice de cartographie des risques de corruption

Cinq ans après l’entrée en vigueur de la loi Sapin 2, nombre d’organisations n’ont pas encore finalisé leur cartographie des risques de corruption ou doivent la retravailler. Cet anniversaire est l’occasion de reclarifier les principes structurants de cet exercice et de proposer une série de préconisations pour réussir à les mettre en œuvre. La cartographie constitue le pilierfondamental duquel découlent toutes les autres mesures de prévention.

RÉUSSIR SON EXERCICE DE CARTOGRAPHIE DES RISQUES DE CORRUPTION

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°870

Anticorruption : La lutte continue

L’utilité de la cartographie des risques de corruption se manifeste dans deux dimensions principales :                                            – elle est tout d’abord un outil de prévention et de pilotage. À la manière d’un tableau de bord, elle aide l’organisation à se prémunir contre les conséquences réputationnelles, juridiques, humaines et financières que pourrait générer la survenance de risques de corruption. En explicitant et en hiérarchisant ses risques, l’organisation a la capacité de communiquer en interne sur les enjeux de corruption, et de déployer des mesures de protection ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Anticorruption : la lutte continue