Gestion actif-passif de la nation

Remettre les cycles de vie au cœur des préoccupations des assureurs vie

Hier produit phare de l’épargne des Français et favori des banquiers, l’assurance vie subit une grave crise de maturité. Conséquence de l’évolution de la démographie et des préoccupations des retraités, le produit d’épargne longue de demain reste à inventer.

1. Démographie - un double mouvement

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°301

ENASS PAPERS : actualité, technicité et innovation dans l’assurance

De toute évidence, la gestion actif-passif de la nation [1] est sous-optimale. Au passif, les engagements s’allongent sous l’effet de l’accroissement de la durée de la vie, financés par un recours massif à l’emprunt. À l’actif se trouve une épargne frileuse, ultra-sécuritaire et en partie stérile économiquement. Livrets d’épargne réglementée (Livret A, LDD, etc.) et immobilier sont les deux mamelles nourricières auxquelles se vouent des épargnants, dont la préférence pour le présent ne cesse d’augmenter. Alors que le principe de congruence voudrait que la durée des engagements soit alignée ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

ENASS Papers : actualité, technicité et innovation dans l'assurance

Sur le même sujet