Cet article appartient au dossier : Enass Papers 14.

Rationalité financière

Le recours toujours tu exerceras...

Le confort de l’assurance, a fortiori très mutualisée ou obligatoire, justifie-t-il que l’assuré et de plus en plus souvent le contribuable surpayent leur risque plutôt que le tiers responsable ? Faut-il que les assureurs exercent complètement les recours ? Essai prospectif nourri des retours d’expérience et d’enquêtes ciblées des auteurs.

platre

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°363

ENASS PAPERS 14

Le métier de l’assurance se divise traditionnellement entre les assurances de personnes (remboursement de frais de santé, prévoyance) et les assurances incendie/accidents et risques divers (IARD, autrement dit l’assurance des biens matériels et des patrimoines économiques). Toutes deux ont vocation à couvrir financièrement leurs bénéficiaires contre les aléas auxquels tout un chacun, personne physique ou personne morale, est potentiellement confronté.Au-delà de cette vocation commune de protection financière des assurés ou des bénéficiaires, si l’assurance de personnes et l’assurance IARD ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

Enass Papers 14

Sur le même sujet