Cet article appartient au dossier : Protection de l’épargnant : jusqu’où faut-il aller ?.

L’avis d’un économiste

« Protéger les épargnants est une question de démocratie économique »

Pour David Thesmar, le simple jeu de la concurrence ne parvenant pas à éliminer les produits financiers trompeurs, c'est la sphère publique qui doit prendre en charge la protection des épargnants. Démonstration.

Protection maison

L'auteur

  • David Thesmar
    • professeur de finance et d’économie
      HEC
    • Coauteur du rapport sur la protection de consommateur (à paraître cet automne)
      Conseil d’Analyse Economique

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°751

Protection des épargnants : jusqu’où faut-il aller ?

Comment jugez-vous le marché des produits financiers ?Ces produits sont trop nombreux et trop complexes. La situation n’est pas allée en s’améliorant depuis le début de la crise. Par exemple, les produits structurés sont toujours aussi nombreux et difficiles à comprendre.Pourquoi ne pas laisser fonctionner la libre concurrence ? Si les épargnants préfèrent les produits simples, les autres disparaîtront !Dans le domaine financier, la concurrence ne parvient pas à instaurer l’optimum social. En effet, les épargnants, comme tous les consommateurs, se divisent en deux grandes catégories : les ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Protection de l’épargnant : jusqu’où faut-il aller ?

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet