Cet article appartient au dossier : Client particulier : les paradoxes de la relation bancaire.

Régulation

Pour un devoir de « loyauté » des banques envers leurs clients

Améliorer la relation client n’est pas la préoccupation des seules banques. La crise aidant, le gouvernement s’est saisi de la question en commandant un rapport à l’inspecteur général des finances, Bruno Deletré. L’auteur revient sur la logique de ses propositions.

L'auteur

  • Bruno Deletré, Crédit Foncier
    • Auteur du rapport sur le contrôle du respect des obligations professionnelles à l'égard de la clientèle dans le secteur financier.

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°722

Client particulier : les paradoxes de la relation bancaire

Remis à Christine Lagarde début novembre, le rapport dit « Deletré 2 » introduit une obligation de « loyauté » des banques, et plus largement des établissements financiers, à l’égard de leurs clients. Les professionnels se sont montrés très réservés sur ces propositions qui pourraient être reprises dans le projet de loi sur le crédit à la consommation soumis au Parlement d’ici la fin du premier trimestre.Comment jugez-vous la qualité de la relation entre les institutions financières et leurs clients en France ?C’est une donnée qui varie dans le temps, mais je ne pense pas du tout que la ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Client particulier : les paradoxes de la relation bancaire

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet

  • Rupture digitale : Le SNB inquiet

    • Breve
    • 27/01/2017
    • Revue Banque N° 805