Cet article appartient au dossier : Bail-in : les paradoxes du renflouement interne.

Société de gestion

« Nos dépôts sont “bail-inables” dès le premier euro »

Les dépôts des institutions financières n’étant pas éligibles à la garantie des dépôts, une société de gestion d’actifs telle que la Financière de la Cité constate que ses dépôts sont intégralement « bail-inables ».

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Revue Banque n°794

Bail-in : les paradoxes du renflouement interne

En cas de mise en résolution d’une banque et dans l’hypothèse où les dépôts seraient touchés, les déposants bénéficient de la protection du FGDR [1], sauf s’ils appartiennent au secteur financier. La Financière de la Cité relève-t-elle de cette exception ?En effet, la Financière de la Cité étant une société de gestion d’actifs, elle ne bénéficie pas de la garantie du FGDR ; nos dépôts sont « bail-inables » dès le premier euro. En revanche, comme tout client d’une banque, ce que nous possédons sous forme de titres (actions, obligations…) n’est pas considéré comme un dépôt. Ces titres sont ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Revue Banque

Sommaire du dossier

Bail-in : les paradoxes du renflouement interne

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet