Cet article appartient au dossier : ENASS Papers 5.

Stratégie

Les fortes spécificités du business model de la réassurance

La directive Solvabilité 2 assimile assez largement dans ses dispositions les business models de l’assurance et de la réassurance. Pourtant, ceux-ci se distinguent nettement en ce qui concerne la nature des risques, le caractère international de l’activité, l’importance de l’allocation du capital, la lutte contre la volatilité du résultat, la spécificité des logiques de provisionnement ou encore la faiblesse relative des frais généraux.

Marché mondial

L'auteur

Revue de l'article

Cet article est extrait de
Banque & Stratégie n°315

ENASS PAPERS 5

L’étude attentive de la directive Solvabilité 2 conduit à constater que les régulateurs européens ne reconnaissent à peu près pas la spécificité du rôle économique et, dès lors, du business model de la réassurance par rapport à l’assurance directe. Deux articles de la directive sur les particularités de certains « produits », les contrats finite et les véhicules de titrisation (art. 210 et 211), constituent toutes les « règles propres à la réassurance ». Le reste concerne les modalités de contrôle qui reconnaissent les spécificités du caractère international, par nécessité et par essence, ...
Lire la suite >>

L'article que vous souhaitez consulter est payant ou réservé à nos abonnés.

Vous êtes abonné.
Merci de vous identifier.

Achetez ce contenu à l'unité

Tarif : 5.00 euros TTC
Banque & Stratégie

Sommaire du dossier

ENASS Papers 5

Articles du(des) même(s) auteur(s)

Sur le même sujet